By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.api-ipa.org/main/

RAPPORT DE LA RÉUNION MENSUELLE DU CONSEIL DE L'API, 30 JANVIER 2020

1. Premières expériences avec le SPP de la nouvelle Commission Von der Leyen.
Remarques faites

  • Malheureusement, le nouveau SPP a conservé la «structure de cluster» introduite par la Commission Juncker, avec plus d'un porte-parole par commissaire. La description des portefeuilles des SP est trop vague. Maintenant, il n'est pas toujours clair à qui s'adresser pour des questions spécifiques. La qualité des SP est OK.
  • Le style de ce SPP est différent du précédent, moins conflictuel, moins arrogant du podium. Il est positif que les questions ne soient plus interrompues, que plus des questions 'follow-up' sont permis, que les questions «if» ne soient plus rejetées et en général que les briefings soient moins précipités. La durée des briefings ne pose moins des problèmes. Tout le monde a amplement l'occasion de poser des questions.
  • La qualité des communiqués de presse n'est toujours pas assez bonne. Trop de citations de commissaires au détriment d'informations factuelles.
  • VDL est plus disponible pour des briefings et des interviews que son prédécesseur. Il semble cependant que l'accent soit trop mis sur les médias allemands. Les petits pays et les petits médias devraient bénéficier d'un traitement égal.
  • Lors d'un briefing récent (sur les sanctions contre un État membre pour non-respect des politiques migratoires), des informations manifestement incorrectes ont été fournies, et il n'y avait apparemment aucune volonté de les corriger. On ne sait pas si cela a été fait par erreur ou délibérément. C'est mauvais pour la crédibilité du SPP.
  • Il n'y a pas encore de réaction à notre suggestion de rendre les briefings techniques off-the-record accessibles en ligne (protégés par mot de passe) uniquement aux journalistes accrédités. Les opinions divergent. Cela peut faciliter le travail des correspondants ici, tandis que d'autres craignent que cela ne sape leur position lorsque les informations officieuses deviennent plus largement accessibles en dehors de Bruxelles.
  • Topnews: il y a maintenant un lien sur le site de la Commission avec un ordre du jour provisoire pour les prochaines réunions du Collège. Ce n'est pas tout à fait la même chose que le Topnews tant regretté, mais au moins il fournit des informations de base sur les prochaines propositions et communications de la Commission. Le site est rafraîchi chaque semaine. Le lien est: https://ec.europa.eu/transparency/regdoc/index.cfm?fuseaction=list&documentType=TODO_LIST&withpdf=true&version=ALL

2. Accès refusé aux photographes/caméramans lors de la signature de l'accord de retrait du Brexit par Von der Leyen et Charles Michel, dans la nuit du 23 au 24 janvier. Seul un photographe officiel de l'UE était présent. Nous n'en avons pas été informés. L'API contactera la Commission et le Conseil pour souligner que de tels événements devraient toujours être ouverts aux médias publics (au moins un photographe et un caméraman).

3. Comment aider les journalistes non-UE avec leurs permis de travail/séjour, maintenant la loi belge a changé et la carte de presse belge n'est plus équivalente à un permis de travail? La procédure d'obtention de ces documents est devenue très compliquée, obligeant même certains collègues à obtenir l'aide d'avocats (coûteux). L'API tentera d'organiser un briefing avec des experts du ministère des Affaires étrangères et du service du travail de la région bruxelloise, pour expliquer la nouvelle procédure aux collègues non européens. Il y a actuellement 118 journalistes accrédités de pays non membres de l'UE (à l'exception des collègues britanniques, suisses et norvégiens, pour qui rien ne changera - du moins pas pour le moment).

4. Le badge interinstitutionnel jaune n'est plus, il est désormais blanc, avec un look changé: plus de mention des médias du journaliste, plus de numéro d'accréditation. L'API n'a pas été informée de ces changements. Il y avait des problèmes d'accès au bâtiment du Conseil avec le nouveau badge, mais ceux-ci devraient être résolus maintenant.

5. Accès au Berlaymont. La ligne de sécurité dédiée aux journalistes n'était pas opérationnelle tous les jours, comme cela nous a été promis. Nous nous sommes plaints plusieurs fois, mais les gardiens ne semblent pas très disposés à nous accueillir. Katalin contactera à nouveau les responsables. (Cela a abouti à ce que la sécurité ait maintenant créé une ligne de presse dédiée claire qui sera opérationnelle pendant le Midday – 11h30 à 13h00 - ou lors d'autres grands événements médiatiques. Espérons que cela durera.)

6. Elargissement du Conseil de l'API. Nous attendons prochainement la nomination d'un nouveau membre autrichien, en remplacement de Thomas Schmidt, parti l'été dernier. Nous devrons (encore) demander aux Français et aux Chinois de proposer un candidat au Conseil de l'API, ainsi qu'aux Américains. D'autres (groupes de) pays ont trop peu de membres de l'API pour permettre un siège au Conseil.

À l'ordre du jour mais non discuté:

7. Une nouvelle déclaration de confidentialité doit être signée par les journalistes lorsqu'ils obtiennent/renouvellent leur accréditation interinstitutionnelle. Le nouveau texte prend désormais en compte les dispositions du nouveau règlement GDPR sur la protection des données. La conservation des données est mieux réglementée, l'accès aux données par le Bureau API est décrit plus en détail, les représentations permanentes des États membres n'ont plus accès à la base de données, et le droit d'accès à vos informations personnelles stockées, et d'apporter des modifications ou d'être supprimé du système, sont mieux garantis et expliqués. Le Bureau de l'API a comparé les deux déclarations de confidentialité et ne voit aucune raison de s'opposer à la nouvelle.
NOUVEAUX BADGES INTER-INSTITUTIONNELS
REPORT OF THE MONTHLY MEETING OF THE API COUNCIL, ...