RAPPORT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE L’API - JEUDI 01.10.2020

L'assemblée générale annuelle était initialement prévue pour début avril. Mais en raison de la crise corona, l'événement a dû être annulé à ce moment-là. Il n'a pas été possible de l'organiser à nouveau dans les mois suivants. Les statuts de l'API stipulent qu'une assemblée doit avoir lieu au moins une fois par an. Par conséquent, le Conseil API a décidé que l'assemblée aurait lieu en ligne, via Zoom. Environ 30 membres y ont participé.

Thèmes à l'ordre du jour:

- Finances: Présentation et approbation des rapports financiers et comptes 2019, et du budget 2020. Le trésorier Nagayo Taniguchi qualifie la situation financière de l'association saine. «Notre indépendance financière est garantie pour un avenir prévisible». Les dépenses de l'année dernière ont été considérablement inférieures à celles de 2018, lorsque l'API a dû payer pour l'impression du Guide du correspondant 2018-2019 et pour la refonte du site Web de l'API. Nos comptes bancaires montrent un solde positif substantiel. Les frais d'adhésion peuvent rester les mêmes, 120 € pour les salariés et 70 € pour les pigistes. Les verificateurs ont contrôlé et approuvé les comptes. L'assemblée approuve les comptes sans vote.

* Anna Vandensky suggère de publier une future nouvelle édition du Correspondent's Guide uniquement en ligne, pour économiser de l'argent et du papier. En ces temps, un guide imprimé n'est plus nécessaire ni souhaitable.
Le secrétaire général (SG) promet de réfléchir sérieusement à cela.


- Élection: Thomas Friedrich, membre libre-élu du Conseil API, était rééligible cette année. Comme il n'était pas possible d'organiser un vote secret en ligne, le Conseil a proposé de prolonger son mandat d'un an, jusqu'à l'assemblée de 2021, espérons-le au printemps. Jonathan Kapstein objecte dans une déclaration écrite, affirmant que la gouvernance de l'API est «enfermée dans un groupe d'initiés auto-entretenu» et a besoin de sang frais. Le SG réfute le fait qu'au cours des deux dernières années, six nouveaux membres ont rejoint le Conseil, parmi lesquels le président et deux vice-présidents. Avec seulement son vote contre l'extension est approuvée.

- Adhésion à l'API: l'API compte actuellement 344 membres qui ont payé leurs frais d'adhésion. L'année dernière s'est terminée avec 362 membres. Une légère baisse qui pourrait être liée à la crise corona, qui aurait pu entraîner l'envoi de moins de correspondants à Bruxelles. Le nombre de journalistes accrédités est également en baisse de 5% par rapport au début de cette année. Un nombre limité de membres de l'API n'ont pas encore payé leur cotisation. Ils recevront un dernier rappel.

* Anna Vandensky suggère que s'il y a des collègues qui n'ont pas les moyens de payer la cotisation, l'API pourrait les aider, via le financement participatif ou d'autres moyens.
Hajo Friedrich le soutient car il y a suffisamment d'argent dans les comptes. Il propose également de mener une enquête auprès des correspondants bruxellois sur la mesure dans laquelle ils ont été affectés par la crise corona, à la fois financièrement et dans leurs conditions de travail.
Le président apprécie ces suggestions qui seront bientôt discutées au Conseil de l'API.


- Aperçu par le président Katalin Halmai des activités de l'API envers les institutions au cours des 18 derniers mois, en particulier la nouvelle Commission et son service de porte-parole, ainsi que les conséquences de la crise corona qui a fondamentalement changé la façon dont les journalistes travaillent à Bruxelles.

La communication du SPP de la Commission s'est améliorée par rapport aux années précédentes, mais le tableau est mitigé. Les informations fournies ne répondent toujours pas aux attentes, la Commission s'efforçant toujours de tenir la presse aussi loin que possible du processus décisionnel. Covid-19 a rendu cela encore plus difficile. Les salles de presse de la Commission, du Conseil et du Parlement ne sont toujours pas ou très limitées accessibles aux journalistes. L'API est en consultation constante avec les institutions sur la restauration de l'accès. En attendant, nous avons des briefings virtuels et des conférences de presse, tandis que le contact personnel avec les porte-parole n'est également possible que par des moyens virtuels.

* Anna Vandensky remarque que nous ne pouvons jamais accepter que la communication virtuelle devienne un substitut aux contacts physiques normaux entre les journalistes et les porte-parole ou les fonctionnaires. L'API devrait continuer à insister sur la nécessité d'une réouverture rapide des salles de presse. Elle a l'impression que le SPP ne se soucie pas autant que nous ne soyons pas dans la salle de presse. La situation actuelle est au détriment de nous et des institutions.
Aiofe White dit que cela rend notre travail plus difficile et que c'est mauvais pour la responsabilité.
Le président est entièrement d'accord. Elle dit que n'est qu'après des pressions répétées de la part de l'API que la Commission est passée à des briefings virtuels. «Et nous soulignons que ce système ne devrait pas être utilisé plus longtemps que la pandémie. Plus ça dure, plus ça empire.»

REPORT OF API’S ANNUAL GENERAL ASSEMBLY – THURSDAY...

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.api-ipa.org/main/