DAPHNE CARUANA GALIZIA COMMÉMORÉE - ASSASSINÉE IL Y A UN AN

Des correspondents à Bruxelles ont commémoré aujourd'hui Daphne Caruana Galizia, la journaliste d'investigation maltaise assassinée il y a exactement un an, alors qu'elle enquêtait sur une affaire de corruption au plus haut niveau politique à Malte.

Dans la salle de presse de la Commission européenne, les journalistes et les porte-parole ont observé une minute de silence et une réunion de commémoration a aussi eu lieu à l'entrée du centre de presse international Residence Palace.

 À l'occasion de la commémoration, les vice-présidents de la Commission européenne, Frans Timmermans et Andrus Ansip, et les commissaires Vera Jourová et Mariya Gabriel ont déclaré que ,,la démocratie ne peut survivre si les journalistes ne peuvent plus informer librement, s'ils sont soumis à la censure, s'ils sont empêchés de rendre compte des critiques contre le pouvoir en place, et en particulier s'ils sont intimidés, harcelés, menacés et parfois même tués simplement parce qu'ils font leur travail. Il s'agit d'un travail sur lequel la démocratie s'appuie et dont elle dépend.''

La déclaration mentionnait également le journaliste slovaque Jan Kuciak, assassiné plus tôt cette année pour des raisons apparemment similaires. ,,Les responsables de ces assassinats doivent être traduits en justice. Nous voulons que toute la vérité soit faite. Nous devons envoyer un signal clair à tous les journalistes: l'Europe est un endroit sûr pour travailler. Si les journalistes sont réduits au silence, la démocratie l'est aussi. Cela n'arrivera pas en Europe. Pas pendant notre mandat.''

Lors du briefing de midi de la Commission, Julie Majerczak de Reporters Sans Frontières - s'exprimant également au nom de l'API-IPA et de la Fédération Européenne des Journalistes - a déploré le fait qu'un an après le meurtre de Daphne Caruana Galizia, on ne sait toujours pas qui était derrière tout cela. Trois personnes ont été arrêtées mais leur proces n'a toujours pas commencé. ,,Surtout, on ne sait rien sur ceux qui ont commandé ce meurtre. Cela donne une carte blanche à tous ceux qui veulent faire taire les voix critiques, et cela crée un climat de peur parmi les journalistes", a déclaré Majerczak. Elle a également demandé aux autorités maltaises une enquête complète et publique visant à établir si le meurtre aurait pu être évité.

Daphne Caruana Galizia Commemorated – Murdered One...
API Strongly Condemns Murder of Bulgarian Journali...

Related Posts