COMMÉMORATION DES DEUX JOURNALISTES TUÉS DANS L'ATTAQUE DE STRASBOURG

Mardi 11 décembre, cinq personnes ont été tuées dans un attentat terroriste commis au marché de Noël de Strasbourg. Deux des victimes étaient des journalistes: l'italien Antonio Megalizzi (29 ans) et son ami Bartek Niedzelski (36 ans), originaire de Pologne. Megalizzi couvrait le Parlement européen à Strasbourg, tandis que Bartek Niedzelski écrivait pour les médias locaux et était également une figure bien connue de la vie culturelle de la ville. 

Le lundi 17 décembre, les deux victimes ont été commémorées dans la salle de presse de la Commission européenne à Bruxelles. Le porte-parole principale, Margaritis Schinas, a présenté ses condoléances au nom du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, et la salle de presse a observé une minute de silence pour ses collègues.

Lorenzo Consoli, membre du bureau de l'API, a lu une lettre d'un groupe de collègues italiens qui connaissaient bien les deux victimes. "Antonio avait un talent naturel: expliquer de manière simple et claire la question la plus difficile du monde: à savoir l'Union européenne", lit-on dans la lettre. "Il avait une approche 'pop démocratique'. Il l'a également fait en démantelant patiemment et méticuleusement toutes les fausses nouvelles et les mythes négatifs sur les institutions." Bartek Niedzelski était décrit comme "quelqu'un qui pouvait épouser n'importe quelle cause avec une passion qui inculquait chez les gens l'intérêt, ou du moins la curiosité, sur ce qui se passait dans le monde".

Les deux journalistes étaient des habitués dans les couloirs du Parlement européen. "À chaque séance plénière, ils ont fait leur travail, exactement comme vous tous. Et ils auraient voulu le faire pour la vie. Parce que, comme Antonio nous l'a toujours dit, c'est 'le plus beau métier du monde'."

Bien que le meurtre des deux journalistes (et des trois autres victimes) soit sans rapport avec leur travail de journaliste, le porte-parole Schinas a une nouvelle fois condamné toutes les attaques contre la liberté d'expression et de la presse, compte tenu également de l'attentat à la bombe perpétré ce lundi matin aux bureaux de la chaîne grecque SKAI TV à Athènes; cela n'a heureusement fait aucune victime. 

DO NOT PAY the Belgian €50 Journalist ‘Security Fe...
Pressroom Commemorates Journalists Killed in Stras...

Related Posts